• w-facebook
  • w-tbird
  • w-flickr

Paupières scellés, 2017
Doubles de clés d’un appartement ayant été détruit à
Beyrouth pendant la guerre de 2006, Piqué sur verre

Vue de la No Mad Galerie

Combinaisons mentales d’un ailleurs déserté et Paupières scellées font écho au projet clés d'un potentiel refuge détruit à Beyrouth. 

Plusieurs doubles de clés y sont utilisés provenant d’un appartement dont les propriétaires furent contraints de partir avant que l’immeuble ne soit détruit par une bombe.

 

Pour symboliser ces lieux qui ne pourront plus être ouverts et le rapport nécessairement différents de ces objets, l’artiste a choisi de transformer les clés en étincelles venues s’incruster dans le verre jusqu’à ce qu’elles fussent rongées au maximum.

 

Combinaisons mentales d’un ailleurs déserté signe une sorte de paroxysme des recherches artistiques entamées durant ses différents voyages. L’oeuvre réconcilie à la fois cette fascination pour le feu, un souvenir réactivé par la fixation plastique et l’empreinte physique nécessaire des objets récupérés sur les lieux des différentes réflexions. Les clés sont composées à la façon d’un hôtel funéraire où seraient allumés des cierges permettant la prise de contact avec le monde disparu. La combinaison forme l’identité de  la clé. Ici, cette identité est dématérialisée mais toute la matière reste entièrement incrustée dans le verre sous une nouvelle forme. 

Combinaisons mentales d’un ailleurs déserté, 2018

 

Doubles de clés d’un appartement ayant été détruit à Beyrouth pendant la guerre de 2006, Piqué sur verre

75x90cm

Vue de l’atelier, Bruxelles, Belgique